+39 340 4102448 info@fastback.it

Le marketing traditionnel – et par conséquent ses émanations les plus récentes et les plus spécifiques – a développé depuis des décennies une série de stratégies destinées à des publics plus jeunes. Cela s'explique par une série de raisons, allant des plus intuitives aux plus « souterraines ».

Il est évident que dès le plus jeune âge, les messages reçus ne sont pas traités par l'expérience ou d'autres facteurs mais affectent directement l'attention. De ce fait, les jeunes spectateurs/lecteurs/auditeurs/navigateurs deviennent eux-mêmes des vecteurs de communication au sein de la famille. À l'appui de cette dynamique, il convient de souligner que c'est à l'âge scolaire que l'on a le plus de temps libre à consacrer à l'utilisation des contenus audiovisuels et que les interactions sont plus intenses tant en ligne qu'hors ligne.

Sans aucun doute, un véhicule de course, qu'il ait 2 ou 4 roues, a tendance à être bruyant (du moins les véhicules conventionnels), rapide et coloré, représente un aimant à attention, notamment pour les sens curieux et « affamés » dont on est équipé. pendant l'enfance et l'adolescence. .

Il est essentiel pour une entreprise de commencer à créer une reconnaissance qui permet aux gens de nouer un lien dès les premières années de la vie et qui peut se transformer en une future fidélité en tant que consommateur. D'où l'utilisation d'éléments enfantins ou ludiques dans de nombreuses publicités et campagnes : jingles, couleurs, mascottes, animations qui peuvent souvent laisser perplexe un spectateur adulte mais qui sont absolument convaincantes pour un observateur plus jeune.

Le monde de la communication appliqué au sport suit évidemment les mêmes principes, déclinés en fonction des prérogatives des disciplines. Comme cela arrive souvent, ce sont et ce sont les États-Unis qui ont mis en œuvre les initiatives les plus structurées et les plus ciblées. La formule même des championnats organisés par NASCAR accorde une grande importance à la définition des budgets, car il n'y a pas de division entre constructeurs et clients comme dans de nombreux autres scénarios de ce sport. Cela nécessite le développement d’une approche beaucoup plus agressive dans l’acquisition et le maintien des moyens nécessaires pour assurer la survie et le succès d’une équipe. Un résultat qui peut être obtenu en établissant des relations durables et productives avec les sponsors. Cela implique une collaboration étroite entre les conducteurs, les activités de piste et les entreprises afin de fournir une image efficace aux consommateurs. Certes, utiliser le « cheval de Troie » consistant à attirer l'attention des plus jeunes et à influencer ainsi les habitudes de consommation de toute la famille est un moyen fonctionnel de générer un retour sur image et un investissement considérable.

Le fait que de nombreuses entreprises impliquées dans le sponsoring proposent depuis longtemps du merchandising, des jouets et des souvenirs dans des emballages spéciaux ou lors de campagnes dédiées est un chemin simple mais qui a toujours apporté une grande affection et une grande relation entre le consommateur et la marque.

En Europe et dans d'autres situations plus proches de nous ce type de dynamique est toujours resté un peu plus lié à la collection, au modelage et de manière générale à la relation passionnée avec certains pilotes ou équipes.

Les petites voitures, les autocollants et tout le reste sont depuis longtemps convoités par les jeunes (et pas seulement) du monde entier pour se sentir un peu plus proches de leurs favoris. Ce qui a été fait à l'étranger, c'est d'essayer de lier cette implication à un aspect commercial et de fidélisation.

Depuis que Liberty Media est impliqué dans la gestion et la promotion du Championnat du Monde de Formule 1, ce mode opératoire s'est exporté à l'échelle mondiale.

Cette année encore, à l'occasion des Grands Prix de Hongrie et de Singapour, la F1 et Sky ont créé la première chaîne spécifiquement dédiée aux enfants avec une programmation spécifique afin d'adapter les contenus à leur compréhension. Il y a 9 chaînes mondiales qui ont rejoint cette initiative : Supersport (Pan Afrique), beIN Sports (Pan Asie), Kayo Sports (Australie), Bell (Canada), SportTV (Portugal), ESPN (Amérique latine, Caraïbes et États-Unis). , Sky (Grande-Bretagne et Irlande) et Viaplay (Europe). Un système efficace pour élargir encore davantage la base de fans déjà importante de Formule 1 et réduire l’âge moyen des spectateurs.

Autrefois, c'était la chaîne Fox Kids qui proposait un format fortement inspiré du monde des courses automobiles, en l'occurrence américain. NASCAR Racers était en fait une série télévisée d'animation de Saban Entertainment mettant en vedette deux équipes de course NASCAR rivales, Team Fastex et Team Rexcor, s'affrontant dans la futuriste NASCAR Unlimited Division. La série a été diffusée de 1999 à 2001.

Les scènes de course étaient animées en 3D grâce à l'infographie tandis que les personnages étaient dessinés en animation bidimensionnelle traditionnelle.

Au total, 26 épisodes d'une demi-heure chacun ont été créés pour le projet. Avant d'être diffusé en 2000, NASCAR Racers a été présenté pour la première fois sous la forme d'un téléfilm spécial en trois parties le 11 novembre 1999. La diffusion s'est terminée en 2001. L'émission a été produite avant que Fox ne commence à produire la diffusion des courses NASCAR et pendant un mois, la diffusion en direct et le dessin animé superposé, de manière à lancer un « relais » idéal. Pour créer un lien encore plus évident entre le dessin animé et la course, certaines voitures portaient des livrées dédiées à la Pennzoil 400 sur le circuit de Miami en novembre 2000, quelques jours seulement avant la sortie du premier épisode.

C'était il y a quelque temps Cartoon Network chercher à élargir davantage son audience grâce à un partenariat avec NASCAR. Nous sommes en 1996 et la nouvelle station thématique - la première à proposer des contenus dédiés aux enfants et adolescents à plein temps - créée par Turner Broadcasting décide de lier son nom à une équipe de la série sur la base d'un accord pluriannuel. Les voitures aux couleurs de dessins animés sont une constante depuis plusieurs saisons, amenées en course par différentes équipes mais toujours avec une image clairement reconnaissable. Des dessins animés que les enfants aux États-Unis et ailleurs avaient l'habitude de voir à la télévision et qu'ils reconnaissaient désormais dans les courses suivies peut-être par leurs parents ou leurs frères et sœurs plus âgés. Le défi était de briser les codes et de sensibiliser les gens en rapprochant les enfants et les familles du sport. En 2004, la chaîne choisit de changer de stratégie en sponsorisant certaines courses au cours desquelles elle garantira également une présence plus massive de voitures de marque. Plus précisément, NASCAR et Cartoon Network se sont associés pour développer la marque NASCARtoon Racing, une campagne sponsorisée par Kellogg's et conçue pour impliquer les jeunes fans dans l'excitation des courses NASCAR grâce à la familiarité de leurs personnages préférés de Cartoon Network. Le programme comprenait une présence publicitaire à l'antenne et en ligne avec un concours national ainsi que le jeu NASCARtoon Racing Garage, dans lequel les enfants pouvaient concevoir leur propre voiture de course Cartoon Network en utilisant des éléments familiers de Scooby-Doo, du Laboratoire de Dexter, des Powerpuff Girls et bien d'autres. autres.

Quelques années plus tard, c'était Nickelodeon créer un lien vers la série pour promouvoir son contenu. La chaîne appartenant à Paramount a sponsorisé certaines courses de la saison - par exemple le Bob l'éponge SquarePants 400 organisé au Kansas Speedway le 9 mai 2018. Pour l'occasion, 6 voitures sur la grille portaient des livrées dédiées aux personnages principaux du dessin animé.

En 2016, c'était au tour du Teenage Mutant Ninja Turtles 400 au Chicagoland Speedway. Dans ce cas également, Danica Patrick et d'autres pilotes ont signé un accord spécial pour courir avec des livrées spéciales dédiées. En 2012, Jeff Gordon conduisait sa Chevrolet Impala ornée de personnages mutants populaires.

Toujours en NASCAR, un sponsor historique, continuellement actif entre 1990 et 2022, fut celui de Mars avec la marque M & Ms. les graphismes emblématiques sur fond jaune avec de jolis personnages de bonbons grandeur nature sont une constante sur les hippodromes américains depuis plus de 3 décennies.

Toujours sur le thème des Teenage Mutant Ninja Turtles, cette année, les mignons héros verts ont fait leur apparition dans le championnat australien des V8 Supercars. Dans ce cas, ils étaient les protagonistes d'une joint-venture avec Pizza Hut (la passion des personnages pour la pizza est célèbre). La voiture de Macauley Jones, de Brad Jones Racing, portait une livrée spéciale noir-vert pour promouvoir la sortie prochaine du nouveau film Teenage Mutant Ninja Turtles : Mutant Mayhem.

Le lien le plus évident entre le sport automobile et l’enfance est certainement celui du jeu. Les petites voitures, qu'elles soient statiques ou mobiles, à différentes échelles, sont souvent le « cheval de Troie » qui initie les enfants au monde de la course automobile. Si tous les constructeurs concluent des accords avec les constructeurs et les équipes pour reproduire en miniature les véhicules présentés dans les différents championnats, il existe également des entreprises qui apposent leur propre marque sur les véhicules eux-mêmes pour souligner davantage le lien.

Par exemple, Tonka, Tamiya et Hot Wheels ont sponsorisé à différents stades des véhicules de course.

Tonka a fait son apparition en NASCAR sur la voiture de Kenny Irwin en 1997/1998. La présence sur les terrains de course s'est accompagnée de la vente de quelques jouets ayant pour thème les voitures les plus populaires de la série.

En 2010 la marque très populaire Hot Wheels a sponsorisé la voiture Honda d'Alex Tagliani pour 2 événements : Toronto et Edmonton.

Tamiya, qui a toujours été une référence en matière de modélisme et de collection tous azimuts, possède une riche section dédiée au sport automobile. Si bien que le logo emblématique à 360 étoiles est apparu à plusieurs reprises sur les véhicules de course. L'une des plus grandes variations en termes de dimensions était celle du Toyota Land Cruiser impliqué dans le Paris Dakar 2.

En 2010, même la marque Barbie s'est associée au monde de la course automobile. L'équipage composé de Ramona Karlsson et Miriam Walfridsson a participé au Rallye de Suède à bord d'une Mitsubishi Lancer Evo 9 dont la partie avant était caractérisée par le rose emblématique de la poupée de renommée mondiale.

Lego a entrepris un chemin inverse, en s'associant à plusieurs marques leaders sur la scène internationale du sport automobile. La relation prévoit la sortie sur le marché de modèles toujours nouveaux, dans différentes échelles et complexités d'assemblage, des voitures de course les plus populaires du moment et de l'histoire. Ferrari, Red Bull et Mercedes F1, Peugeot et Porsche WEC, Audi Groupe B etc.

Le sponsor du Team KCMG, qui participe à la SuperFormula, le championnat le plus important pour les monoplaces japonaises, agit à un tout autre niveau. Kids Com est en fait une communauté pour l'éducation des enfants basée sur un concept collectif familial/expérientiel. L'idée derrière cette entreprise est de proposer aux familles des événements et des situations qui peuvent leur faire vivre des expériences enrichissantes et pédagogiques dans un environnement de partage. Le soutien de Kids Com à cette équipe basée à Hong Kong en est déjà à sa deuxième année. Les week-ends de course sont donc conçus comme une expérience pour les familles et les clients de Kids Com peuvent accéder au paddock, à des séances de photos et d'autographes avec les pilotes (Yuji Kunimoto et une ancienne connaissance de la F1, Kamui Kobayashi), à des moments collectifs avec l'équipe et à d'autres contenus dédiés.

Même le magazine de bandes dessinées peut-être le plus célèbre et le plus vendu (au moins avant l'avènement du Web) a une écurie à côté, bien que pour une courte période. En 1984 Mickey Mouse est apparu sur la carrosserie, sur les côtés du cockpit, de la Spirit Hart de Formule 1. Une voiture non compétitive qui a connu une carrière malheureuse dès ses débuts : en effet, lors des premiers essais au Brésil, le revenant Emerson Fittipaldi a quitté l'équipe en raison de performances insuffisantes tandis que l'autre pilote, Fulvio Maria Ballabio, n'a pas obtenu la super licence pour courir en raison du manque de résultats dans la série préparatoire.

Les écrits du journal ne sont restés visibles que pendant ces quelques jours. Cependant, dans le numéro 1501, il y avait une histoire très appréciée écrite par Giorgio Pezzin et dessinée par Giorgio Cavazzano qui présentait essentiellement la saison du Championnat du Monde 1984 sous forme de dessin animé.

Le sens de ce tour d'horizon est de montrer qu'il existe essentiellement une niche - qui n'en est pas une au vu des chiffres réalisables - qui est actuellement peu prise en compte sauf par quelques réalités. L’hyperspécialisation et le professionnalisme des ligues supérieures ont certainement contribué à exclure, au moins en partie, la possibilité de servir de divertissement aux plus petits. Il y a aussi l'idée non négligeable de risque et de danger lié à la course automobile qui dissuade de l'associer à l'enfance. Il serait cependant erroné de penser qu’il n’existe aucune marge de manœuvre pour créer des projets bien pensés. Pensons par exemple à tout l’univers de l’e-sport et du jeu vidéo en général.

Restez sur le nôtre blogue pour une analyse et des informations plus approfondies !

Ouvrir le chat
1
💬 Besoin d'aide ?
Bonjour
Pouvons-nous vous aider?
Politique de confidentialité